Accueil > Le lycée > Actions pédagogiques > mini-entreprise : Curie Cap’s sur le podium

mini-entreprise : Curie Cap’s sur le podium

mardi 16 juin 2015, par didier gardan.

extrait de l’article OUEST-FRANCE - Xavier TERRIEN

"Douze élèves du lycée Curie sont arrivés 2e au concours régional de mini-entreprises.

Leur concept ?

Des porte-capsules de café. Celles-là mêmes que George Clooney chérit tant. Douze lycéens en CAP chaudronnerie à Pierre-et-Marie-Curie ont porté leur idée au concours régional Entreprendre pour apprendre (EPA). Bien leur en a pris, ils sont arrivés deuxième de ce tournoi de création de mini-entreprises

Les élèves ont passé avec brio toutes les étapes. Un parcours du combattant. « Nous avons passé des entretiens d’embauche auprès d’un vrai PDG et de la banque, chacun pour un poste », se remémore Thibault Lecoeur, « PDG » de la mini-entreprise vice-championne régionale.

Revendre le concept ?

L’idée du porte-capsules est venue rapidement. « Cela existe, mais ils coûtent cher et ne sont pas très jolis. » Les étapes s’enchaînent, réalisation des croquis, choix des matières premières... « Nous récupérons le matériau dans une entreprise de fabrication de hottes, notamment les chutes qui ne servaient pas. »

Résultat, de 35 € à 60 €, le prix est descendu à 10 € pour le produit fini.

« Nous en avons vendu quinze en tout, affirme le directeur technique, Benjamin Carel, en nous rendant sur un marché, pendant les portes ouvertes du lycée... Dont six le jour de la finale, à l’université de Caen. Notamment par des membres du jury. » Preuve que l’idée était bonne.

« Je ne pensais pas que ce serait une si belle aventure, admet Quentin Dupard, assistant commercial de Curie Caps. Même à Caen, l’ambiance était très bonne. » De quoi leur donner envie de remettre le couvert, avec un autre projet, en deuxième année de CAP.

Quant à la suite de Caps, « c’est la vraie question », soupire Grégory Heullin, directeur technique adjoint. « Nous aurions bien voulu continuer, le produit marchait bien », explique Thibault.

Le concours étant associatif, il faudrait alors créer une vraie entreprise, « ou pourquoi pas revendre le concept ? » Affaire à suivre ?"

JPEG - 1.6 Mo
article OUEST-FRANCE du mercredi 10 juin 2015.